046_L-ONDE_Genes-credit-Eric Bobrie.jpg

"ENTRE LES DEUX IL Y A GÊNES"

VENDREDI 29 JUILLET - 19H00


PIÈCE RADIOPHONIQUE

Une création de L'ONDE

« Gênes a réellement mis fin pour nous à l’idée de lutte des classes, de la politique en tant que combat, de la politique en tant que lieu d’un possible combat au sein de la démocratie. Ou tu es bien élevé.e ou tu meurs, voilà comment fonctionne la démocratie. Et on a accepté ça, pour ne pas mourir. » 

Fausto Paravidino, Janvier 2021

Entre les deux il y a Gênes est un objet hybride qui explore la thématique des violences policières par le prisme de la création radiophonique.
Le spectacle prend pour point de départ la sidération des événements de Gênes en 2001, pour dresser un portrait documentaire, poétique et autobiographique de la répression en France et en Italie depuis les années de plomb. En revenant sur cette période de notre histoire récente, nous espérons raconter aussi notre incapacité à continuer de rêver.
Les années 1970 furent une décennie de rage et d'espoir, les années 2020 un présent qui invente au fur et à mesure les bases et perspectives dont il a besoin. Entre les deux il y a Gênes, nous partons de là.

Adaptation collective de "Gênes 01"
de Fausto Paravidino
[Éditions L'Arche, 2005]
Traduction Philippe Di Meo
Avec des extraits de "Entre les deux il n'y a rien" de Mathieu Riboulet
[Éditions Verdier, 2015]


Conception, mise en scène Manon Ayçoberry
Avec Manon Ayçoberry, Fanny Doucet, Pasiphaé Le Bras, Audran Morancé, Louise Quancard
Composition, création sonore Clément Berthou
Assistanat à la mise en scène Pasiphaé Le Bras
Création lumière Rudy Sanguino
Régie son Thibault Brouzès
Régie lumière Rose Bienvenu en alternance avec Garbrielle Lerable

Soutiens Ville de Paris (en tant que lauréat du dispositif Créart’up),
Mairie du 20e, Longueur d'ondes.
Avec le soutien et l'accompagnement au développement des Plateaux Sauvages.

"Entre les deux il y a Gênes"
est lauréat des Prix du Jury et Prix du Public PROPULSION 2021 créé par Les Plateaux Sauvages, Le Regard du Cygne et la Mairie du 20ème arrondissement de Paris, en collaboration avec la MPAA – Maison des Pratiques Artistiques Amateurs.

Crédit photo Éric Bobrie